Tous les projets mènent à Rome

Du 10 au 12 septembre dernier s’est tenue la première conférence internationale sur le Transport Maritime. Le CATIE en a été partie prenante et y a exposé sa vision du port du futur.

La conférence de Rome couvrait de nombreux thèmes faisant un état des lieux des interactions du transport maritime d’autant plus complexes qu’elles doivent répondre aux contraintes économiques, écologiques et humaines.

Ce fut l’occasion pour Erwan Simon, de l’équipe Algorithmes & Données du CATIE, de parler du projet Pixel sur lequel collaborent également Charles Garnier, Romain Queraud et  Zhe Li.
PIXEL est un projet collaboratif qui a reçu un financement de la part du programme H2020 de recherche et d’innovation de l’Union Européenne sous le numéro 769355. Il a pour but d’intégrer dans les structures portuaires les technologies de l’Internet des Objets afin de faciliter les échanges de données des diverses parties prenantes lors des opérations logistiques complexes. Avec pour objectif ultime de développer un index capable de mesurer l’impact environnemental d’un port afin de le rendre plus écoresponsable tout en lui permettant de réduire ses coûts de fonctionnement.

Ce projet peut être décomposé en 4 étapes : acquisition de données, transition de données, modélisation et diffusion multi-canaux. La modélisation a pour but de convertir des informations “brutes” récoltées en scénarisant les activités actuelles du port pour déterminer leur impact sur le futur et les améliorer. La responsabilité de ce workpackage a été confiée au CATIE qui a ainsi une vision transverse et globale des modules qui le composent : énergie, pollution, transport et interaction ville-port.

Devant des professionnels de tous bords (centres de recherches, institutions gouvernementales ou européennes), Erwan Simon a pu détailler les interactions entre les diverses activités maritimes et portuaires et évoquer les différents use-cases en résultant. Il a également démontré qu’il était excessivement complexe de modéliser un système automatisé qui doit par ailleurs être modifiable à l’envi au regard des nombreuses exceptions qui demandent à être traitées.

Vous trouverez plus de détails dans la publication qui a servi de base à son intervention : Small and medium ports’ activities modelling : introduction to the PIXEL approach (Erwan Simon, Charles Garnier, Ignacio Lacalle, Joao Pita Costa, Carlos E. Palau)

 

La modélisation des données en détails

  • Établir le scénario à partir de différentes sources ⇒ simulation de l’activité du port
  • Découpage et analyse de chaque activité ⇒ automatisation du choix de la prochaine action
  • Prise en compte des exceptions ⇒ possibilité de “forçage” des données avec avertissement système en cas de différences notables avec les prévisions “machine”

 

Vous souhaitez avoir des renseignements complémentaires ? Cliquez ici !